LOvE & Faith


Today, je vais aborder un thème très personnel et qui touche tout le monde aussi :  l’Amour ! Love thing !

J’ai vu des années passées et jusqu’à maintenant je n’y comprends rien.
S’il y a vraiment quelque chose à comprendre me direz-vous..?
Néanmoins c’est tout à fait humain de chercher à piger un truc là-dedans, puisque tout un chacun cherche le bonheur, un équilibre ou un bien-être dans sa vie, à l’intérieur d’une société quelqu’elle soit, seul ou accompagné.

J’avais des fantasmes dont je me rappelle, dans les années 80 vers l’âge de 10/12 ans et j’ai été consciemment amoureux ado vers les débuts 90 au lycée… Je trouve ça tard mais bon, relativement, on dira « à chacun son rythme.. »
En tant que personne passionnée (et artistic de surcroît), j’aime passionnément ! 🙂

Il n’y pas de « Lovomètre » qui pourrait mesurer ou comparer l’amour que chacun a, avec untel ou untel, mais on finit par se connaître un minimum et sonder au fond de soi ce qui nous importe, ce qui fait notre coeur battre, ce qui échappe à notre contrôle, entendement ou nos principes tellement c’est fort, bousculant, magique, surprenant, rassurant et risqué à la fois…
Vous feriez l’inimaginable pour cette amour ou en tout cas tout ce que vous serais possible, même inconsciemment! :O
C’est tout cela ce que j’entend par LanmOuLOVEl’AMOUR… 😎

Le reste est pour moi secondaire.
Pas dans le sens, non-indispensable. Non, le reste est incontournable. Je dirais plus dans le sens, qui viens après l’Amour réelle!
La suite c’est l’entente, les affinités, les points de vue communs ou divergents, être pareil et en osmose, ou contraire mais complémentaire, etc… pouvoir vivre ensemble, se comprendre vite, etc… voire même jusqu’au « deal ».
Ce que j’appelle le « deal du couple« …soit.

Aimer quelqu’un c’est comme « te rencontrer ». Un bout de toi qui manquait. Une pièce de ton puzzle qui t’était jusqu’alors inconnue.
Il est à un moment difficile de s’en séparer et cela n’est possible quand abandonnant un bout de soi. Et là aussi c’est un choix volontaire ou imposé par les circonstances, la vie…

Être ensemble va au-delà de « juste s’aimer » car on vit tout… ses forces mais aussi ses faiblesses, sa pudeur, ses tics, à nues devant l’autre. On est pas obligé d’être d’accord sur la gestion d’un intérieur, ni être au même rythme, parler le même langage…et TOUT supporter :/
Il en va vraiment de l’effort commun et de son propre choix. Être sûr que c’est  cela que l’on désire…et dans la durée s’il vous plaît!

Aujourd’hui les moeurs ont vachement évolué. Il y a encore plus que jamais 10000 modes d’union, d’entente et de couples.
Nous avons dans l’ensemble gagné un peu en liberté et en respect de la liberté de chacun dans un minimum d’égalité des sexes. (minimum car ce n’est pas pareil dans tous les pays…).

… mais nous avons peut-être perdu quelque chose en chemin…
la foi dans l’Amour durable.

Tant de déceptions des uns et des autres, tant d’abandons, d’unions/désunions rapides, de découragements et de pessimismes !!
 Les mêmes qui conseillent à leurs amis et proches d’y croire sont les mêmes qui au fond de leur coeur croient au pire avant de penser au meilleur. 

Ma religion est l’Amour et j’aime avant TOUT la vie !  « Love Life and Live Love » are my words.

Mais dans la difficulté, je me répète ou transmet aux autres cette citation qu’une amie m’a transmis à moi aussi un jour:

« Faire ce que je peux est normal.
Dépasser mes capacités relève du défi.
Là où s’arrête mes capacités, là où commence ma foi. »

Daisaku Ikeda

Exxòs aux Elwa D’Or – Pt 4 : KakOLabO @ Puerto Rico


…suite et fin des épisodes Elwa d’Or

Ce voyage à Puerto Rico, via le prix des Elwa était very intéressant car  basé sur l’échange CULTUREL !

Notre formule de KakOLabO prévoyait la présence d’un tanbouyé ( Khem ) alors nous avions de quoi présenter le Gwoka et ses composantes, variantes, l’expliquer aux gens et le jouer. L’Alianza Francesa avait bien géré, d’où la rencontre avec Restoracion Cultural, un groupe de percussionistes portoricain, « mètka » de La Bomba et de La Plena, les musiques vraiment traditionnelles de Puerto Rico.

Rencontre avec "Restauraciòn Cultural"

Rencontre avec « Restauraciòn Cultural »

Quelle surprenante découverte ! En effet, leur musique trad. est infimement ressemblante à la notre. Comme sur la photo ci-dessus, le madras sur le tambour fait partie de leur tissu traditionel ! Leurs tambours ressemblent aux nôtres dans la construction à en bluffer plus d’un (j’me comprends) et ils ont aussi un ‘boula’ avec un ‘makè’ soliste qui joue avec un danseur…. comme en Gwoka !

Et enfin certains rythmes sont très ressemblants à nos Kaladja, Toumblak, Roulé, etc…

Je vous l’apprend sans doute ou pas, mais ils ont même des chansons qui ont du CRéOLE  mêlé avec l’espagnol !!   … ex:  « MArito tombéééé » = le fruit est tombé

Résultat: ON EN REDEMANDE ENCORE !! ……nou ké woubouré onjou…

Nos fées du séjour (Camille, Amina, Amalis) nous ont emmené aussi chez un personnage très atypique nommé Tato Conrad. Lui-même ayant super insisté pour nous rencontrer, sachant qu’une délégation de Guadeloupe était présente. Pourquoi donc ?

D’entrée, nous étions sidérés de constater que le tambour Ka fabriqué par MASKAKLÉ de Guadeloupe est le symbole de son musée !

Si, c'est bien un tambour de Gwada!

Car le misyé Tato connait parfaitement bien le Gwoka et Gwada (il est déjà venu au moins 20 fois !)

Tel un archiviste, il a fondé le African Museo dans lequel il a recensé TOUS les ‘Boula’ de la Caraïbes, et d’Africa, au point de posséder lui-même une centaine de tambours de partout!!  …des kalimbas immenses, percus diverses, guitares idem, des photos, des CDs, des livres de leçon de Gwoka de Bèlè etc…,  woaw.
Pictures of Boula from everywhere

Comme dans une caverne d’Ali Baba du tanbou, nous étions aux anges et avons tapé sur tout c’qui bouge ! Ha ha ha   😀

………………………………

Le lendemain Dimanche 14 Juillet: jour de la manifestation

Beaucoup de monde sur la place Ventana del Mar. Des stands à gâteaux, crêpes… « à la française » 🙂
Quelques groupes locaux défilent déjà sur la scène et la pluie,  déjà présente les jours précédents, semble s’être tu.

KakOLabO @ Francia de Fiesta

Francia de Fiesta

Notre show est en soirée, prévu à 22h. Perfect time for us. Nous avons donc tranquillement profité de l’après-midi, concentré sur l’objectif. Ceci sans répèts faites sur place. Et sans balances ! Bref.

Le défi était de taille. Brancher le « vaisseau », l’allumer et être prêt à jouer en 15mn d’entracte prévu ! C’est bien-sûr irréalisable …mais profesOr Doubisky a trouvé le best plan pour que nos instruments électroniques soient placés et gaffés sur leurs tables, interconnectés et ready to move on stage. (Y) …Ha! Et n’oublions surtout pas que notre percussionniste est lui aussi branché sur notre set pour s’y « looper »* in live !

( * le fait de s’échantillonner et rejouer directement ce sample en boucle )

Vers 22h30, juste après les breakers  du collectif  Time Machine Squad, our time has come ! En un temps record, les techniciens de plateaux et nous même avons placé les 3 sets: dOUb aux controllers, exX aux pads live et Khem au tanbou-Ka, chacha et petites percus. FLo a son mic sans fil et attends son moment ( 2ème moitié du show).

Le public a été très réceptif et cela nous a encouragé à lui parler un peu espagnol, en anglais avec des big up en kréyòl car des créolophones étaient aussi présents (Haïti, Madinina, Gwada, Trini, StLucia… 4 example).  L’expérience était formidable et nous avons une nouvelle fois vu l’impact de cette musique KakO sur des peuples d’ailleurs. Le gwoka étant vraiment intégré au sein des compositions, le tambour Ka sur scène avec sa couleur unique et son « marquage » rythmique original, des instruments électroniques multicolores et surprenants…
Et notre « multi-lingual Female M.C » FlO a assuré l’ambiance dès le départ avec des « Yéééékri !!! Yééééékraaa ! » que le peuple n’a eu aucun mal à répéter !!
mis à part l’absence de danseurs, je pense que la fusion était bien visible !

KakOLabO @ Francia de Fiesta

 Le lendemain, dOub et moi marchons sur le boulevard à la recherche d’un lunch, quand un véhicule type 4×4 nous croise, une voix féminine crie : « kakOLabOooo ! » …… Hahaha  😀 ça c’est du Big Up!    Un vrai encouragement qui nous a donné du baume au coeur pour le soir où nous étions invité à une rencontre  musical entre DJ Velcro, DJ Hip-Hop de référence à Puerto Rico, deux percussionnistes de Bomba présents et le KakOLabO in full effect!!  YOOooooo…!

La Respuesta est le Bar/Club dans San Juan, où il officie tous les Lundi et l’Alliance organisa le jam pour le début de soirée, le prime-time…dancing showtime est à partir de minuit. L’endroit est merveilleusement décoré (cf. photos) et señor Velcro est un pionnier du Hop-Hop là-bas, un pro, clean et talentueux qui a institué ce rendez-vous à travers les années.
Les présentations ayant déjà été faites, dOUb et Velcro parlent techniques et semblent bien s’entendre.

DJ Velcro y dOUb 6 @ La Respuesta

Branchements, install finis, nous avons pris les commandes du mix avec l’accord de Velcro, on s’est relayé lui et nous, les joueurs de Bomba sont venus jouer sur nos mixs respectifs… et nous avons pris un bon pied.  La salle s’est rempli au fur et à mesure jusqu’au point crucial, minuit et plus… Velcro a assuré le showtime pour ce public dont il a la maitrise depuis des années. Une ronde de danseurs et danseuses se forme d’ailleurs très tôt devant la scène… et « battle » jusqu’au bout de la nuit !!!

KakOLabO en La Respuesta

KakOLabO en La Respuesta

Un bon exemple à retenir pour notre public antillais, souvent si froid, si difficile à faire bouger, si capricieux d’une chanson à l’autre !!   >:I  Là-bas, quelque soit le style qu’on mixait les GENS DANSAIENT !! Il sont venu pour ça, quoi !! bref… tchiip.
À une heure de ‘primetime’ genre 1h/2h du mat’, Velcro nous a cédé les platines de nouveau, et dOUb a CARTONNÉ !!!   avec des mixs de dancehalls, reggae,etc… et surtout Reggae-Dubstep qui les a déchiréééé 🙂  Sans blaguer, 1h après,  des Portoricaines sont venu me questionner sur ces sons de Reggae Dustep et semblaient être ravies 🙂

Cool, mission accomplie. Nous sommes encore rentré en taxi avec TOUT notre matos, et nous pouvions repartir le lendemain, repus, satisfaits de nous, rassurés de voir que nous parlons « le même langage » et surtout que nous avions nos chances ailleurs dans cette Caraïbe qui nous est parfois si lointaine et si proche.

Je remercie TOUTES les Fées de L’Alliance Française de Puerto Rico: Amina, Camille,  Amalís, Anne, Nathalia..
ainsi que Grego Nieves, Ernesto Figueroa, JP Eaglin, TatO Conrad, M.C & D.J VelcrO, la Restauracion Cultural, et tous ceux dont nous avons oublié les noms..

One LOVE !!

Mika, local shoes ?


Mika, Lokal Shoes ?

Kreyol Fashion Addict

 

Hello hello long time no see but I’m back.

Début février j’étais dans un concert (au top !) où j’ai entendu chanté « mika la sé tan nou mika la sé pa ta yo » (la mika c’est la nôtre pas la leur) et là je me suis dit hmmm techniquement usine de shoes plastique en Guadeloupe, ça se saurait !

Mais alors d’où sort cette chaussure tant appréciée sous nos latitudes ? C’est à ce moment que la chanson d’Imagination Flashback raisonnât dans ma petite caboche (et là je sais vous dansez, je vous ai vu !).

Eh bien elle est auvergnate la petite ! Née sous le nom de « Sarraizienne », la méduse, squelette ou mika (selon votre géolocalisation), fût créée en 1946 par Jean DAUPHANT coutelier de métier, qui a eu l’idée de remplacer les manches de ses couteaux en corne par du plastique (système D d’après-guerre). Une chose en amenant une autre il…

Voir l’article original 653 mots de plus

UNPEUBEAUCOUPALAFOLIEPASDUTOUT à PARIS !


HellO KakO WOrld !
 
 Dépassé par le temps, je ne récapitule que maintenant le parcours du spectacle chorégraphique « UNPEUBEAUCOUPALAFOLIEPASDUTOUT«  de Catherine DÉNÉCY et Maud BANDOU-HOSTACHE avec la musique de votre serviteur MètKakOla. 🙂
 C’est une histoire résolument KakO car elle décrit l’aventure humaine de cet être « Kako-beiing » baladé par monts et par vaux dans ce monde mélangé qui est le notre, à la recherche de son identité, d’appartenance et à la fois de liberté.
 
De nombreuses représentations se sont déjà déroulé en un an :
-Mars 2012: CMAC @ Fort de France en Martinique, Festival Fort de Danses
-Mai 2012: LArtchipel @ Basse-Terre en Guadeloupe, Festival Arc En Ciel 
– Novembre 2012: L’Encre @ Cayenne en Guyane, 8e Rencontres des Danses Métisses
-Mars 2013: Philip Sherlock Centre @ Kingston en Jamaïque, Jamaica Dance Umbrella
-Mars 2013: Arawak House of Culture @ Roseau en Dominique,
-Mars 2013: Cultural Center @ Castries à Sainte Lucie,
-Avril 2013: Centre SONIS @ Pointe-à-Pitre en Guadeloupe
-Mai 2013: Embrace Arts @ Leicester aux Royaume Unis, Let’s Dance International Festival
-Mai 2013: @ La Havane à Cuba, Festival Plataforma DanzacubaBaila
 
 Vous réalisez la liste des endroits déjà parcourus ?!
Guadeloupe, Martinique, Guyane, Jamaïque, Dominique, Sainte Lucie, Angleterre, Cuba !!!
 
 Vu que ce n’est pas fini (:)), je vous convie chaleureusement à assister aux prochaines représentations à Paris, au TARMAC, scène nationale Francophone lors du Festival Outremer Veille, du 2 au 6 Juillet 2013.


 J’en profite pour envoyer un GROS « congrats », BF, Big Up, félicitations à l’équipe Bliss, CaDé, Maud, Ugo, Cécilia, Didi, Lucille, Mami Baba !!! 
 Un remerciement aussi aux gens de Lartchipel et du centre Sonis, José Pliya, Lucien Jernidier, Gérard Poumaroux, Jocelyne Daryl, Mike,….
 
Mèt KakO la an mèèèèt !


Links:
Maud dit Soylé: http://www.soylesceno.com

une playlist KakO ?


 Comme on me demandait toujours ce qu’est Kako exactement, ..des gens créoles antillais ou même musiciens et aussi journalistes ou média,  j’ai décidé un jour de le formaliser à l’écrit, persuadé kant menm que seule la  musique pouvait répondre à ces questions.
 Cela a donné l’article KAKO CONCEPT v.2 publié en 2009.
(cf. http://exxosmetkakola.blogspot.com/2011/07/kako-concept-v2.html )

 Depuis 2003, 2009 jusqu’à nowadays, de l’eau a coulé sous les ponts et je crois toujours à une chose. Le style KAKO a forcément plusieurs facettes car venu d’influences diverses enracinée ds la culture créole, alors impossible de l’imposer comme une formule stricte et UNIQUE !
 C’est ma vision de la chose pour faire court car bien-sûr ma pensée dépasse mes mots.

 Dailleurs je pense sans pouvoir en faire le tour que j’ai un style Kako ‘à moi’ mais je ne synthétise pas à moi seul TOUT CE QU’oN PoURrait en FAiRe !

 J’aimerais bien montrer un éventail des possibilités via des exemples de chansons…pour ce faire je dispose de mes propres compos disponible via soundcloud et des sons d’autres artistes créoles ou plus qui existent légalement sur le web… c pas simple mais possible.

 Etant donné que le internautes aiment le travail déjà mâché, l’idéal serait un mix d’extraits mais cela demande pas mal de boulot (recherche des sons, CD ? webshop ? etc.. playlist? ordre? etc..)

 Alors, je promets rien, mais je compte me pencher sur ce projet de mix. Le must serait la sortie officiel d’une mixtape de divers artistes aux morceaux Kako previously released (déjà sortie). Comme une compil. Mais encore une fois sans force de production et de moyens, c’est un peu naïf. Donc, déjà, planchons sur une version écoutable en ligne comme sur Mixcloud.com **

** Mixcloud est un site génial dédié aux Deejays qui permet d’upload en illimité des mixs gratuitement. Le must c’est qu’il retrouve TOUT SEUL les titres/artitstes utilisés dans un mix d’une heure, 2 heures etc… et y rajoute les liens d’une boutique pour les achetés en ligne!
 On y retrouve les plus grands deejays de la planète et des mixs réalisés dans tous les clubs, villes du monde.

 Ainsi voici le mien:     http://www.mixcloud.com/exxosmetkakola/

  Keep following this stream, share it
 and ENJOY!

Exxòs aux Elwa D’Or 2012 – Pt 1


 …suite du message mystérieux d’Octobre

 Un mois après, je reçoit un appel téléphonique qui me prévient qu’un frère devrait m’apeller pour tourner une vidéo de présentation sur moi, car je serais (avec pincettes) nominé pour les Elwa D’Or 2012! … pffiu, le chemin!

 Première réaction, « c’est quoi les Elwa d’Or ?« … j’ai eu une réponse via Twitter! lol…merci à cette amie 🙂 Un prix décerné par le conseil régional pour récompenser la carrière d’un artiste et son apport à la culture , un truc comme ça. Mes recherches à ce moment sur le web n’ont pas donné grand chose..tout juste des articles de presse qui en parlaient via la vie de feu Patrick Saint-Eloi, le premier a l’avoir reçu, puis d’autres grands noms de la musique…

En 2009…

Pierre-Edouard Décimus recevant son Elwa d’or des mains de madame Borel-Lincertain, présidente du Comité du Tourisme des îles de Guadeloupe. Les autres atistes honorés sont Guy Jacquet et Jacob Desvarieux.L’Elwa d’or, est un trophée crée pour rendre hommage à Patrick Saint-Eloi à l’occasion de ses 25 ans de carrière. Il a été d’ailleurs le premier à le recevoir l’an dernier.
cf.  http://caraibesinfos.skyrock.com/77.html



 Je me suis dit « wow » et j’ai twitté le 5 Nov: « moi? nominé aux Elwa do’r?..chuii trop jeun les fiy…« 
 wèèè…m’enfin. J’ai pas fini ma carrière ! krkrkr… 😀

 Je reçoit l’appel du « vidéaste » qui me dit qu’il y a URGENCE! Il n’est pas là pour me prévenir mais pour me filmer afin de me présenter lors de la cérémonie.
 Encore une urgence. Une des spécialités de la gestion locale, les ‘grands janw’ de projet à la dernièèèèère minute. Bref! toujours la même..

On me dit via sms que je dois pas en parler car c’est supposé secret ! (Trop tard messieurs dames). Après, qu’on va m’apeller officiellement et qu’une lettre m’invitera pour couronner le tout. ^_^

 Dans les jours qui suivent, j’ai dû avoir 4 à 5 interlocuteurs, tous non-chargés de me prévenir, me demandant divers trucs des fois pareils et surtout en URGENCE… je n’y comprenais rien.

 Je m’attarde pas sur le temps que chacun a pris pour me donner des accusés de réception… 10 jours après toujours pas de confirmation par courrier écrit, pas de film de présentation tourné…!
 Le jour J étant pour le 22 Nov. Il reste un weekend et 4 jours.

Heureusement que tous mes interlocuteurs sont des amis, professionnels et de bonne volonté car j’aurais sans doute déjà envoyer tout le monde ch**r. Je comprends de plus en plus que tout est fait dans le speed, et un peu la confusion. Ce n’est pas facile l’organisation. Je ne dirais point le contraire.

 Mais souvent, les « gens » te le donnent comme si les artistes étaient à leur disposition,.. là à ne rien faire, juste à attendre qu’on leur donne du taf.

………