Exxòs Beat Collection: 3 beat tapes en FREE download


Hello amigos y señoras !

Je reprends enfin le pencil à l’occasion de la sortie de ma dernière et 3ème Beatape: exXtrumenthol Beatape #3

 

Disponible sur mon bandcamp en téléchargement, gratuit ou donation, les trois beat tapes représentent une partie de ma vie de Hip-hopper, de m.c, de deejay, de crate-digger, loop addict et beat-maker.

Sortir des mixtapes d’instrumentaux ou autre est chose commune dans notre planète ….chose que j’aurai dû faire depuis longtime déjà mais j’ai eu du mal à passer comme beaucoup de la K7, mini-disc, Dat, 4/8 multitracks, disquette, Zip, CD……à une connexion web HAUT débit et un site de téléchargement « légal » ! 🤓 Ha ha, …je n’ose pas tout vous dire, juste ceci. Les technologies ont fait de grands pas en avant, en laissant derrière tout ce/ceux qui ne « s’updateraient » pas.

EPS16+ pix © pHranckopHonie

MPC, BST, MK2, EPS16+
pic © pHranckopHonie

Et c’est le cas d’une grande partie des mes programmations musicales composées sur des machines d’une autre hiphop era: ENSONIQ EPS16+, clavier sampler fonctionnant à la disquette ‘simple face’. AKAÏ MPC 2000/xl beatmachine et sampler à disquette aussi, voire lecteur ZIP, etc… Que des systèmes de stockage très fragiles, voire obsolètes, même si on trouve aujourd’hui des sites internationaux qui remplacent des pièces,….j’habite en Guadeloupe !! Laisses tomber l’accès au matos et services tech. 🙄

1991 @Abymes-K.C Graf Esprit-KUT

Karukéra Crew & friends – Début 90’s

Et c’est dans ce contexte que les instrus des beat tapes WishMasta et exXtrumenthol sont de purs rescapés de l’ancien siècle au début de notre millénaire. D’environ 1998 à 2004. Je n’avais que la vingtaine et mon âme était pure car plus innocente, mon inspiration brute car assoifée d’énergies, gourmande de vibrations très diverses, à la fois joyeuse et tourmentée comme la plupart des jeunes de cet âge.

 

IMG_5955

Karukéra Crew – début 2000

Ma bande était les originaux membres du Karukéra Crew et nous étions tous capables de lâcher un flow sur n’importe quel beat, tout en ayant individuellement nos crush.. « Certains c’est WuTang, d’autres Pete Rock, ou Slum Village, B.D.P, Mad Lion, Buju Banton, Capleton.. On vit aux Caraïbes! …et tout ce qui va avec… »

Nous sommes plusieurs à composer des beats dans le groupe: Star Jee avec qui j’ai commencé, DJ Phonie qui m’inspire depuis toujours, B.B.G fan de beats dynamiques ou ragga, Thyeks & Doob 6 les derniers arrivés et les plus futuristiques et aussi mes cousins Steev & Leaf au style bien Hip-Hop Kréyòl.. Il faut préciser que par collaboration naturelle, Edinyo de la Horde Noire a aussi contribué à l’existence de certains instrus notamment « MiLaSaKaBay » et Daly également jusqu’à ses propres albums solos.

Avoir de la technique ça apporte beaucoup mais posséder une oreille musicale est essentielle et amène toujours plus loin.

 

Da WishMasta Beatape#1

Le surnom WishMasta remonte aux années 90. Ayant fait le parallèle entre mon nom d’artiste Exxòs et l’action « d’exaucer les souhaits », je me suis inventé un personnage à l’image de mes instrumentaux les plus dark, Da WishMasta, le djin maître des voeux, celui qui saura réaliser tes idées d’instru les plus folles !  Donc depuis 1995 environ, je signais certaines de mes cassettes de beats avec ce blaze et y enregistrais que les instrus de ce type: atmosphère cinématographique, beats menacants, angoisse et suspense, un tantinet guerrier ou fantasmagorique !

IMG_5953

Mixtapes U.S, Creole HipHop, Frenchies & Selfmade Beats

 

Exxtrumenthol est une collection de mes beats les plus cools de l’époque. Ceux que je pensais jazzy, nusoul, boumbap sweet, sentimental ou lounge. Ils sont tous assez funky et soulful pour un bon chanteur et/ou rapper en combinaison ! 🙂  Phonie et moi avions ce jeu de mots titrant certaines beat tapes, Instrumenthol. Menthol + instrumental = fraicheur !
J’aime bien aussi les vibes mélancoliques mais faut qu’ça bouge quand même. Je crois d’ailleurs que les africains et afro-descendants sont les maîtres en la matière. ha ha…bref.

 

exXtrumental BEatape3_cover

 

Les inspirations de ces mixtapes sont bien sûr hip-hop mais comme tout bon crate-digga (chercheur de vinyles…à échantillonner!) qui s’respecte mes sources sont très variées. Du Jazz, de la Soul, des musiques du Monde, de la Caraïbes… On retrouve ainsi des hommages à Chick Corea, George Benson, Weather Report, Black Uhuru, Les Grammacks, Les Upsetters, Vinicius De Moraes, Demis Roussos (!), Edith Piaf, Atahualapa Yupanqui, Simbad le marin, King Kong, James Bond, Star Wars, Orange Mécanique,…

Toutes ses compositions vous sont partagées via mon site Bandcamp  (<– click ) en téléchargement libre également et sous forme de dons. …€€ !…$$ !… C’est toujours la bienvenue en ces temps de vides de productions musicales… En tout cas, vous en avez encore plein d’autres sur mon  Soundcloud. (<– click there)

Je n’y gagne que du plaisir en vous les partageant. Partagez-les en retour, improvisez, chantez, rappez,…envoyez-moi des commentaires, emails, démos ! MeRCi 🤓

Je vous souhaite un agréable voyage musical, du plaisir et de l’inspiration.

exXtrumentholement vôtre, mètKakOla.

 

Bandcamp

Soundcloud

Vimeo

Mixcloud

 

Publicités

Où sommes-nous ? Où sont « Nous » ?


J’adore ce que je fais: la musique. Loin de moi l’envie de me plaindre des aléas de ce qui va avec le plaisir de jouer ou composer. C’est à dire qu’un cuisinier aime cuisiner mais ne peux pas râler d’avoir à faire de la vaisselle ! Je cherches à comprendre depuis longtemps ce qui se passe dans la tête de mon peuple, les Antillais. Artiste, je fais partie de ce peuple et comme d’autres je me pose des questions problématiques… comme beaucoup je bute sur les solutions. Quand j’essaie d’analyser mes propres difficultés à sortir des produits musicaux ( concepts live, albums physiques ou digitaux, etc…) et j’observe celles d’autres artistes très talentueux autour de moi, quand je passe les raisons « c’est la crise », les « …nous ne sommes qu’antillais donc pas représentatifs pour le monde »(!), les raisons « …nous sommes un jeune peuple », nananinanana…, j’en arrive souvent à « NOUS » !

Pourquoi sommes Nous si peu participatifs et à la fois si « critiqueurs«  ? Certains appeleront ça « haters » , d’autres « réactionnaires », peu importe, je pense que vous savez à quoi je fais allusion ? Cette tendance à faire blocus systématique à quelque chose qui se présente, pour plus tard être le premier adhérant et défenseur du même truc ! Il y a une espèce de force obscure attirant vers le bas n’importe quelle initiative enpreprise ! Avec Nous, il faut tripler d’efforts et de prières pour obtenir le retour d’une bonne action pourtant si simple à l’origine. Les gens se plaignent beaucoup mais en action sont souvent absents.

Sortir un album, y mettre son coeur, son temps, des milliers d’euros, pour constater qu’une centaine de personnes seulement ont acheté ( et big up à eux !! ) mais que tout le monde a le disque ou alors que personne n’est au courant malgré tous les efforts réalisés, cela a de quoi décourager n’importe quelle personne, artiste, producteur et distributeur ! Il est vrai qu’on ne peut pas plaire à tout le monde mais il est tout de même bizarre de constater la disparité entre le nombre de gens que vous connaissez, au courant votre projet, capables d’apprécier et aussi d’acheter et le nombre réel des scores (ventes de cd, places de concerts, téléchargements payants ou libres…). Faut-il HARCELER pour un download GRATUIT, 99 cents… 5 ou 10€ ?

Je n’ai pas envie de comparer encore une fois mon pays, les Antilles aux autres peuples mais ceux qui ont voyagé ou habitent ailleurs peuvent sans doute mieux partager cette vision. Je ne comprendrai jamais pourquoi il Nous faut « Nous » supplier, presque mendier pour le minimum syndical, le love ou juste l’adhésion spontanée et concrète de Nos propre gens ? – Petit exemple de classement Download de mon Soundcloud :

Stat : Download Mars 2015

Soundcloud Stat : download Mars 2015

Etonnant non ? Je vous passe de commentaires supplémentaires… Même en créant dans la pure solitude ou le recul dans une montagne perdue, l’artiste sincère ou pas, spontané ou calculateur, vit beaucoup par le regard des autres et/ou le partage, la communion avec d’autres âmes. Sans le public, il est comme un pasteur sans église, un pécheur sans poissons ou un président sans pays !

Je ne veux décourager quiconque car je ne suis moi-même pas la personne qui abandonne facilement et comme d’autres, j’ai appris à faire avec  l’adaptation. En « mode Darwin » comme je dit avec mes potes. Je l’ai dit je butes sur les solutions, mais il est clair que Nous avons un sérieux problème avec le « Nous ».

En attendant qu’on finisse par tous « se faire vendre ailleurs »…  « Achté’y pa gravé’y » !

A ce propos, mon dernier projet est justement disponible gratuitement !

Clic here : « Da WishMasta Beatape #1« 

Da WishMasta Beatape#1

Je ne suis PAS PRODUCTEUR !


First of all, je suis un ARTISTE, « Mind body and Soul » !
Rapper, beat-maker, musicien, dj… on pourrait dire « créateur sonore » . J’dirais même que c’est le commencement du tout. Un créatif crée. Ensuite on promeut et vend le fruit de son labeur.

Il semblerait que les peuples soient perpétuellement destinés à demeurer dans l’ignorance car cela doit arranger bon nombres d’escrocs !
Soit… j’en ai un peu marre qu’on m’parle comme à un producteur. Du coup, aujourd’hui je me sens obligé de me rendre utile en éclaircissant le sujet:  producteur à ne pas confondre avec le ‘producer’ des anglophones.

Beaucoup parlent de passion, vivre de sa passion, « woaw c cool« , blabla etc… certes, la Passion doit exister mais c’est aussi UN TRAVAIL !!

banner-2

Et comme tous les tafs, y a la partie intéressante mais aussi le « sale boulot » qui va avec. En musique,… y’en a pas mal aussi.
Bref, c’est PAS de notre faute si VOUS vous faites des boulots qui ne vous passionnent PAS ! hohoo… zòt térib han! …lol.

Dans la hiérarchie musicale professionnelle, il y avait avant…comment on fabriquait une chanson ou un album… et il y a maintenant, sensiblement différent. Depuis l’époque des vinyles puis des cassettes, on pouvait retrouver pas mal d’acteurs pour une même chanson. Les principaux :

-un auteur: c’est lui qui écrit les paroles, uniquement les textes;
-un compositeur: il signe la mélodie de la musique ou des paroles, l’air de la chanson et/ou tout ce qui fait que l’on reconnait cette chanson parmi des millions d’autres (et cela peut être instrumental càd sans chanteurs);
-un arrangeur: pas toujours nécessaire mais d’une aide précieuse, dès la création ou après, il propose une ou diverses façons d’arranger les instruments qui jouent la partition, les notes, mélodies et accompagnements… par exemple, un titre de Jazz qui aurait une section d’instruments à cordes ou cuivres pourrait bénéficier d’un arrangeur, expert en violons ou cuivres…
-un directeur artistique: dirige l’ensemble d’un projet type album ou live, en ayant le recul et les compétences sur la vision globale et la direction vers laquelle l’artiste principal et sa production veulent arriver.
-un producteur: l’investisseur en chef, il est celui qui est supposé prendre tous les risques financiers, payer le ou les artistes collaborant, le studio d’enregistrement, le mixage, le mastering, la création visuelle, les vidéos clips, dupliquer l’oeuvre (CD, DVD etc…), faire la promo média…en somme VENDRE L’ARTISTE et SON OEUVRE tel n’importe quel produit commercialisable;
-un ingénieur du son studio: engagé par la production pour ses qualités techniques, l’équipement de son studio mais parfois aussi sa « touche musicale », il ne s’occupe que d’enregistrer les instruments, les chants, etc… On séparait souvent l’ingénieur qui enregistre de celui qui MIXE les éléments des chansons, càd régler l’équilibre, volumes, panoramiques, effets… de chaque son (instruments), chaque voix de la chanson (voix lead, choeurs, back, etc…)..

Je passerais sur les métiers connexes (exemple: managers, éditeurs, distributeurs, médias, etc…), vous bucherez le sujet si cela vous intéresse, bon nombre de centre de formations et de sites sont là pour cela.

I.R.M.A

I.R.M.A

De nos jours, grâce (ou à cause) du bond technologique effectué par nos sociétés, n’importe qui pourrait dégoter les moyens (technico-financiers) pour produire une oeuvre musicale (album ou titre) chez lui de façon autodidacte et cumuler pratiquement toutes ces casquettes ! …Avec un simple ordinateur, un peu de technique (ça fourmille de tutoriaux sur le web), de la patience et bien-sûr du talent (ou peu!)…

Cette personne qui pourrait être vous, moi, ou votre voisin devient un ARTISTE AUTO-PRODUIT, à partir du moment où il peut créér et/ou payer lui-même, preuves à l’appui, un projet artistique et musicale dans son aspect final.
ex: un CD, mixé, masterisé, pochette faite… déclaré à la SDRM (Société pour l’administration du droit de reproduction mécanique des auteurs, compositeurs et éditeurs) et à la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique).

Quand on considère que dans une entreprise quelqu’elle soit, chaque personne, à chaque poste remplit une fonction indispensable et complémentaire, je crois qu’un artiste qui écrit, compose, chante, joue d’un instrument, cherche des idées et de l’inspiration constamment à des fuseaux horaires inorthodoxes ne devrait pas se retrouver OBLIGÉ à faire de la PRODUCTION ! Tout cela à cause du vide de financiers culturels, de productions intéressées et intéressantes ou d’opportunités simplement. 😦

si-seulement

PRODUCTEUR,  ( acheter et (re-)vendre ) n’est pas l’accabit de tout-un-chacun.

OUI, j’ai déjà pensé à le faire, produire d’autres artistes auxquels je crois, mais NON, je n’ai pas l’argent ni l’aptitude naturelle pour cela !
Encore moins la patience pour materner des « aspirants stars » vu que c’est tout ce dont les gens rêvent :O …seriously maaan..

Alors, de grâce, ceux qui me lisent et connaissent d’autres « future talents », venez me voir pour des conseils, de la technique studio, pour m’acheter des compositions instrumentales, participer en tant qu’ M.C. dans vos projets mais ARRÊTEZ DE ME PRENDRE POUR UN PRODUCTEUR QUI POURRAIT SAUVER VOTRE CARRIÈRE EN DEVENIR !
Si vous voulez COMPAREZ MOI À UN AGRICULTEUR MAIS PAS UN SUPERMARCHÉ de GRANDE DISTRIBUTION. Hahahahaha 😀

J’espère que j’aurais éclairé brièvement ceux qui n’en savaient rien ou que très peu ! Et par ailleurs si de VRAIS producteurs sont intéressés à me co-produire ou produire le KakOLabO, vous saurez où nous trouver ! héhé

Merci de votre attention, vous pouvez reprendre une activité « nooormale »
😉 BF !

Retrospective 2013: KakOLabO, PuertO RicO, France, IloJazz, Villa K…


L’ année 2013 s’est achevée et s’est révèlée très constructive , non pas en quantité mais en qualité. Ils avaient prédit fin 2012 une pseudo-apocalypse, sorte de transformation incroyable ! Bon… heu.. d’innombrables choses se sont passés dans le monde mais il n’a pas encore explosé. Par contre, je constate qu’elle fût très mitigée pour beaucoup et on dirait que des changements notables dans la conscience collective sont survenus. Des formes de révolutions internes. De nouveaux constats… Ce n’est que mon interprétation mais ce n’est pas l’endroit.

Au courant du 1er trimestre, j’ai commencé par livré les premières musiques pour le pilote vidéo (version d’essai) de la série Villa Karayib, comédie produite par Sky Prod (Guadeloupe) et DePèreEnFils production (Paris) diffusé par Canal+ dans quelques mois. Aujourd’hui je peux en parler rapidement puisque c’est officiellement annoncé et déjà ‘publicité’ an ké di. http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/culture/villa-karayib-une-serie-made-in-guadeloupe-248784.php
Ce n’était pas un taf facile car ça ne l’est jamais avec le cinéma. Dans ce domaine, le son est au service totale de l’image même si sa place n’en est pas moins futile. Spécial thanx à Baddy et son équipe.
Rendez-vous par ici 😉 http://www.canalplus-caraibes.com/villa-karayib

Villakarayib snippet

De Mars à Juillet, une tournée de la pièce chorégraphique de CaDé & Soylé « UnPeuBeaucoupALAFoliePasDuTout » dont je compose « l’heure » de musique. 🙂  Tous ces publics venus d’horizons différents ont vraiment apprécié, compris et ressenti l’histoire interprété formidablement par CaDé et mise en vie par Soylé, la musique remplaçant la parole et rythmant la pièce.
Je me cite « Une histoire résolument KakO car elle décrit l’aventure humaine de cet être « Kako-beiing » baladé par monts et par vaux dans ce monde mélangé qui est le notre, à la recherche de son identité, d’appartenance et à la fois de liberté. » cf. http://www.youtube.com/watch?v=STHJrtU0xqA

©maïté m-a

©maïté m-a

En Juin, dOOb 6 et moi sommes parti travailler sur le premier projet de Jasmine dit « Jazzy Jazz » dans la campagne de Bordeaux, près des prunes et des vignes là où fabrique le meilleur vin rouge ! Mwouhahaha… 😀 

Gotham project © Flint Stone
Isolés donc concentrés sur la mission artistique, nous avons créé notre propre concept d' »artistes en résidence » avec quelques nouveaux complices dont Kool A Floupiix des WorldWide Kids, Oginda & Dombré des Primates Gangz
Expérience très vivifiante qui nous prépare de bonnes choses à venir car la Soul de Jasmine semble irrésistible à l’écoute. 🙂
Un petit aperçu de ce qu’elle fait: 
http://www.youtube.com/watch?v=4Zk_3CMyPxc

Nous avons tout de suite enchaîné sur la préparation du live qui nous amenait à Puerto Rico, prix de coup de coeur remis au Elwa d’Or 2012 par le Conseil Régional de Gpe à ma personne ! ( lol ) Ce séjour très rapide (moins dune semaine) nous a permis de manifester devant un large public hispanophone et anglophone nos sons Kako, aux instruments électroniques et au tambour Ka d’Olivier Juste, l’homme Khem. Flo, notre excellente feminine M.C a démontré ses ‘lyrical skillz’ en Kréyòl comme en Anglais et les gens ont bien bougé, même chanté avec elle.
https://exxosmetkakola.com/2013/09/15/exxos-aux-elwa-dor-pt-4-kakolabo-puerto-rico/

KakOLabO ft Flo & Khem @ Puerto Rico

KakOLabO ft Flo & Khem @ Puerto Rico

Après cette aventure trépidante, un unique KakOLabO @ Bwa Galba , notre ‘JamSession’ KakO a pu se caser au début du mois d’Août. Des invités vraiment sympa: notre complice Freepon, Jasmine (hé oui, téléporté :); et inattendus tel notre talentueux bassiste et « globe-player » Stéphane Castry , deux flûtistes Li-K et Célia Wa (qui viens tout juste de sortir son premier album EP); ainsi d’autres infatigables participants, vraiment enthousiastes comme si l’évènement leur avait manqué! Ha ha 😀  L’ambiance était top, tout le monde en jam. On m’en a parlé encore ce mois-ci!

Le Samedi 14 Décembre s’est déroulé dans le cadre du festival « ILO JAZZ« , pour la première fois un show live d’AKiYO ( plus gros groupe Carnaval Mas de Guadeloupe ) spéciale formule Mas ElektroKa avec KakOLabO ( dOOb 6 & myself ). Another step was made for KakO music 🙂
Cela fait bien longtemps que nous savions cela possible mais aucune occasion ne s’était présenté auparavant. Chacun avait déjà expérimenté de son côté une ou plusieurs fusions kako… ( Akiyo avec Bob Sinclar, remix techno sur l’album « Mastodont« , Fwanswa Ladrezeau & Urban Ka… KakOLabO avec David Walterz aux percus, Freepon à la guitare, Olivier Juste au tambour Ka, Guy Konkèt & Joël Jean sans parler des jam session à Bwa Galba Restaurant… ) .

IloJazz © Adéola

Akiyo Mas ElektroKa & KakOLabO @Festival IloJazz

Dans ce cas, la mission fût un peu plus hardu car il fallait associer aux instruments électroniques beaucoup plus de tambours que jamais, et particulièrement ceux very loud ( fort en volume ) du Mas! En tout: 2 gwo tanbou basse, 6 tanbou chant, 1 chacha, 1 lead, 2 choristes, un Ka en option.  Comme à chaque fois, on sous-estime beaucoup nos besoins techniques et le temps que cela prends, nous plaçant naturellement au niveau de besoin d’un guitariste ou un percussionniste. De façon habituelle, les défis principaux: répèts difficiles sans sytème d’écoutes adapté, 1 heure vitale de branchements sur scène pas toujours intégrée ou acceptée par l’organisation, etc…
Malgré ces difficulté, cela s’est formidablement bien passé car les professOr du KakOLAbO bûchent sur l’optimisation depuis des années et tous les gens qui organisent l’IloJazz sont vraiment des professionnels et des personnes bien-veillantes. Cette année a été notamment plébiscité par le public. Spécial Congrats pou Jocelyne et Gérard.
Les membres géniaux d’AkiyO à l’initiative de cette rencontre, se sont donné à fond pour que nous soyons à l’aise pour bosser et nous étions tous heureux de rendre cette fusion possible. Je crois que cela s’est ressenti sur scène et chanceux sont ceux qui ont pu assisté à ce spectacle inédit ! 😀

Ilojazz ©région pointoise

Ho, tiens, pour ceux qui lisent jusqu’à la fin … un lien vers ce spectacle: http://www.youtube.com/watch?v=E0Uh0OfYsko

Au Prochain Rendez-Vous !… « un beau jour…on ne sait quand… »
( Suivez nos actualités sur la page facebook.com/kakOLabo )

Mèt KakO la an Mèt !

Exxòs aux Elwa D’Or – Pt 4 : KakOLabO @ Puerto Rico


…suite et fin des épisodes Elwa d’Or

Ce voyage à Puerto Rico, via le prix des Elwa était very intéressant car  basé sur l’échange CULTUREL !

Notre formule de KakOLabO prévoyait la présence d’un tanbouyé ( Khem ) alors nous avions de quoi présenter le Gwoka et ses composantes, variantes, l’expliquer aux gens et le jouer. L’Alianza Francesa avait bien géré, d’où la rencontre avec Restoracion Cultural, un groupe de percussionistes portoricain, « mètka » de La Bomba et de La Plena, les musiques vraiment traditionnelles de Puerto Rico.

Rencontre avec "Restauraciòn Cultural"

Rencontre avec « Restauraciòn Cultural »

Quelle surprenante découverte ! En effet, leur musique trad. est infimement ressemblante à la notre. Comme sur la photo ci-dessus, le madras sur le tambour fait partie de leur tissu traditionel ! Leurs tambours ressemblent aux nôtres dans la construction à en bluffer plus d’un (j’me comprends) et ils ont aussi un ‘boula’ avec un ‘makè’ soliste qui joue avec un danseur…. comme en Gwoka !

Et enfin certains rythmes sont très ressemblants à nos Kaladja, Toumblak, Roulé, etc…

Je vous l’apprend sans doute ou pas, mais ils ont même des chansons qui ont du CRéOLE  mêlé avec l’espagnol !!   … ex:  « MArito tombéééé » = le fruit est tombé

Résultat: ON EN REDEMANDE ENCORE !! ……nou ké woubouré onjou…

Nos fées du séjour (Camille, Amina, Amalis) nous ont emmené aussi chez un personnage très atypique nommé Tato Conrad. Lui-même ayant super insisté pour nous rencontrer, sachant qu’une délégation de Guadeloupe était présente. Pourquoi donc ?

D’entrée, nous étions sidérés de constater que le tambour Ka fabriqué par MASKAKLÉ de Guadeloupe est le symbole de son musée !

Si, c'est bien un tambour de Gwada!

Car le misyé Tato connait parfaitement bien le Gwoka et Gwada (il est déjà venu au moins 20 fois !)

Tel un archiviste, il a fondé le African Museo dans lequel il a recensé TOUS les ‘Boula’ de la Caraïbes, et d’Africa, au point de posséder lui-même une centaine de tambours de partout!!  …des kalimbas immenses, percus diverses, guitares idem, des photos, des CDs, des livres de leçon de Gwoka de Bèlè etc…,  woaw.
Pictures of Boula from everywhere

Comme dans une caverne d’Ali Baba du tanbou, nous étions aux anges et avons tapé sur tout c’qui bouge ! Ha ha ha   😀

………………………………

Le lendemain Dimanche 14 Juillet: jour de la manifestation

Beaucoup de monde sur la place Ventana del Mar. Des stands à gâteaux, crêpes… « à la française » 🙂
Quelques groupes locaux défilent déjà sur la scène et la pluie,  déjà présente les jours précédents, semble s’être tu.

KakOLabO @ Francia de Fiesta

Francia de Fiesta

Notre show est en soirée, prévu à 22h. Perfect time for us. Nous avons donc tranquillement profité de l’après-midi, concentré sur l’objectif. Ceci sans répèts faites sur place. Et sans balances ! Bref.

Le défi était de taille. Brancher le « vaisseau », l’allumer et être prêt à jouer en 15mn d’entracte prévu ! C’est bien-sûr irréalisable …mais profesOr Doubisky a trouvé le best plan pour que nos instruments électroniques soient placés et gaffés sur leurs tables, interconnectés et ready to move on stage. (Y) …Ha! Et n’oublions surtout pas que notre percussionniste est lui aussi branché sur notre set pour s’y « looper »* in live !

( * le fait de s’échantillonner et rejouer directement ce sample en boucle )

Vers 22h30, juste après les breakers  du collectif  Time Machine Squad, our time has come ! En un temps record, les techniciens de plateaux et nous même avons placé les 3 sets: dOUb aux controllers, exX aux pads live et Khem au tanbou-Ka, chacha et petites percus. FLo a son mic sans fil et attends son moment ( 2ème moitié du show).

Le public a été très réceptif et cela nous a encouragé à lui parler un peu espagnol, en anglais avec des big up en kréyòl car des créolophones étaient aussi présents (Haïti, Madinina, Gwada, Trini, StLucia… 4 example).  L’expérience était formidable et nous avons une nouvelle fois vu l’impact de cette musique KakO sur des peuples d’ailleurs. Le gwoka étant vraiment intégré au sein des compositions, le tambour Ka sur scène avec sa couleur unique et son « marquage » rythmique original, des instruments électroniques multicolores et surprenants…
Et notre « multi-lingual Female M.C » FlO a assuré l’ambiance dès le départ avec des « Yéééékri !!! Yééééékraaa ! » que le peuple n’a eu aucun mal à répéter !!
mis à part l’absence de danseurs, je pense que la fusion était bien visible !

KakOLabO @ Francia de Fiesta

 Le lendemain, dOub et moi marchons sur le boulevard à la recherche d’un lunch, quand un véhicule type 4×4 nous croise, une voix féminine crie : « kakOLabOooo ! » …… Hahaha  😀 ça c’est du Big Up!    Un vrai encouragement qui nous a donné du baume au coeur pour le soir où nous étions invité à une rencontre  musical entre DJ Velcro, DJ Hip-Hop de référence à Puerto Rico, deux percussionnistes de Bomba présents et le KakOLabO in full effect!!  YOOooooo…!

La Respuesta est le Bar/Club dans San Juan, où il officie tous les Lundi et l’Alliance organisa le jam pour le début de soirée, le prime-time…dancing showtime est à partir de minuit. L’endroit est merveilleusement décoré (cf. photos) et señor Velcro est un pionnier du Hop-Hop là-bas, un pro, clean et talentueux qui a institué ce rendez-vous à travers les années.
Les présentations ayant déjà été faites, dOUb et Velcro parlent techniques et semblent bien s’entendre.

DJ Velcro y dOUb 6 @ La Respuesta

Branchements, install finis, nous avons pris les commandes du mix avec l’accord de Velcro, on s’est relayé lui et nous, les joueurs de Bomba sont venus jouer sur nos mixs respectifs… et nous avons pris un bon pied.  La salle s’est rempli au fur et à mesure jusqu’au point crucial, minuit et plus… Velcro a assuré le showtime pour ce public dont il a la maitrise depuis des années. Une ronde de danseurs et danseuses se forme d’ailleurs très tôt devant la scène… et « battle » jusqu’au bout de la nuit !!!

KakOLabO en La Respuesta

KakOLabO en La Respuesta

Un bon exemple à retenir pour notre public antillais, souvent si froid, si difficile à faire bouger, si capricieux d’une chanson à l’autre !!   >:I  Là-bas, quelque soit le style qu’on mixait les GENS DANSAIENT !! Il sont venu pour ça, quoi !! bref… tchiip.
À une heure de ‘primetime’ genre 1h/2h du mat’, Velcro nous a cédé les platines de nouveau, et dOUb a CARTONNÉ !!!   avec des mixs de dancehalls, reggae,etc… et surtout Reggae-Dubstep qui les a déchiréééé 🙂  Sans blaguer, 1h après,  des Portoricaines sont venu me questionner sur ces sons de Reggae Dustep et semblaient être ravies 🙂

Cool, mission accomplie. Nous sommes encore rentré en taxi avec TOUT notre matos, et nous pouvions repartir le lendemain, repus, satisfaits de nous, rassurés de voir que nous parlons « le même langage » et surtout que nous avions nos chances ailleurs dans cette Caraïbe qui nous est parfois si lointaine et si proche.

Je remercie TOUTES les Fées de L’Alliance Française de Puerto Rico: Amina, Camille,  Amalís, Anne, Nathalia..
ainsi que Grego Nieves, Ernesto Figueroa, JP Eaglin, TatO Conrad, M.C & D.J VelcrO, la Restauracion Cultural, et tous ceux dont nous avons oublié les noms..

One LOVE !!

Exxòs aux Elwa D’Or – Pt 3 : KakOLabO @ Puerto Rico


Que de missions accomplies en 3 mois !

…Voyage en France profonde en région bordelaise pour bosser sur le premier projet musical de Jazmine Jazz, répétitions avec Khem Masta à Paris, retour et répétitions en Gwada avec Flo en plus venue de Miami, tournage de vidéo en même temps, animation du Basketball Champion Tour, voyage à Puerto Rico pour assurer le KakOLabO en live à Francia de Fiesta, ..et enfin le dernier KakOLabO @ Bwa Galba.

Pour vous re-situer, en Octobre 2012, je reçois un prix coup de coeur des Elwa d’Or catégorie musique urbaine, ainsi que Misié Sadik. Le prix est une participation à la fête de la musique de Porto Rico. ( dixit le long panneau que l’on m’a remis … mais pas vraiment donné! )

bandeau Elwador

Lors de la cérémonie, je monte sur scène avec dOUb 6, simule la SURPriiise comme prévu et fais un show de 7mn style animation/d.j.  A ce moment, je sais bien que la pluspart des gens assis dans le public sélect des Elwa d’Or ne connais même pas la musique que je fait depuis 15 ans ! Nous avons considéré cette prestation (non payé!) comme une audition..différée ! Ha ha.

Mini KakOLabO-cérémonie des Elwa D'Or

Depuis des mois, la région attendait les passports du groupe de 4 que nous supposions être. Or, comment former un groupe sûr sans confirmations de dates  de l’évènement, sans info de budgets, de ce qui est possible ? Nos premiers interlocuteurs savaient des trucs mais pas vraiment et ne pouvaient prendre aucunes décisions.

Pendant des mois où tout le monde pensait que c’était pour le 21 juin mais en fait c’est le 14 Juillet (??), nous avons fini par nous adresser directement à la responsable culturel du projet à Puerto Rico à qui nous avions toujours dit:

 » vous voulez que nous allions représenter la Guadeloupe là-bas, il nous faut notre Kako percussionniste qui se trouve à Paris, Khem. C’est un professionel et nous pouvons compter sur lui pour faire le taf. Il nous semblerait que la participation de Flo, rappeuse gwada qui réside à Miami serait top ! Nous avons déjà travailler des sons kako avec eux. « 

« Impossible » fût la première réponse jusqu’à nous parvenions à convaincre de tenter l’affaire.

En effet, nous avions engagé un départ vers la France pour taffer avec Jasmine et cela épargnerait à la région de débourser le prix de nos deux billets d’avion Gwada-France ! Par contre, réaliser des répèts avec Khem à Paris nécessiterait un studio de répèt pro (comme le centre Barbara) et le budget.

Ils ont fini par jouer le jeu (qui n’en est pas un du tout !) et nous étions alors embarqué dans un agenda très serré de dispos de chacun, de montée et descente diverses…

…à suivre